Écosse 2019 - cinquième jour, galère sur la route

< Écosse 2019 - cinquième jour, Loch Ness | Écosse septembre 2019 | Écosse 2019 - sixième jour, Mull Island >

Cinquième jour, galère sur la route (après-midi du jeudi 19 septembre).

On this page... (hide)

  1.   1.  La route prévue
  2.   2.  La route jusqu'à Fort William
  3.   3.  L'incident
  4.   4.  En rade...
  5.   5.  dépannage
  6.   6.  Fin du trajet
  7.   7.  Finalement

1.  La route prévue

Après retour à la base, et un rapide repas sur le pouce, nous partons en voiture pour Orban et Easdale Island. Notez les plus de 3h nécessaires pour une distance d'à peine 119 miles, donc 191 km, donc une toute petite moyenne. Justifiée.

2.  La route jusqu'à Fort William

La route est la A82, ce qu'on pourrait qualifier de "départementales" en France (désignation des routes en Grande Bretagne).

Pour notre malheur c'est, entre Fort Augustus (la fin du Loch Ness) et Fort William, une route très fréquentée et très étroite. La fréquentation fait que la route se dégrade constamment et le bas côté est très abîmé avec des nids de poule qui progressent jusque sur la chaussée. On en trouve des traces même sur street view!

Pris entre les voitures qui viennent en face et le bas côté, le conducteur est bien mal loti.

3.  L'incident

Le résultat ne s'est pas fait attendre avec des chocs sinistres. Pour autant, rien de visible lors d'un arrêt d'inspection: nous saurons plus tard que les dégâts étaient côté intérieur de la roue avant gauche, hors de vue.

Cependant, quelques instants plus tard, le voyant "pneu dégonflé" s'allume. Nous pouvons regonfler avec le gonfleur 12V présent dans le coffre, mais ça ne tient pas. Nous nous arrêtons donc dans la Station BP De Fort William (merci Google de m'avoir permis de retrouver ça). Nous refaisons la pression des 4 pneus, et c'est là que je constate qu'il manque de l'air dans tous les pneus. Je suis persuadé que le manque de pression initial est en grande partie la cause de nos problèmes.

Nous repartons vers un spécialiste des pneus, et faisons le plein en chemin chez Esso.

Nous arrivons chez un spécialiste des pneumatiques, très aimable il démonte la roue, nous fait constater que la jante est très déformée au moins en deux points côté intérieur, et la redresse au marteau. IL trouve des blessures sur le flanc intérieur du pneu, mais superficiels et n'y trouve pas de fuite. Nous dit que nous pouvons repartir... Il ne veut pas de paiement, je lui donne quelques livres (monnaie) en pourboire.

4.  En rade...

Malheureusement il s'est trompé, le pneu continue à se dégonfler. Il nous faut alors chercher un autre garage. Depuis la station BP, nous n'aurons fait que 16 miles avec un pneu à regonfler régulièrement.

Nous arrivons quand même au "Lochside Garage", à Ballachulish. Je vous recommande vivement ce garage qui c'est montré très serviable et nous a grandement aidé.

Ils ont d'abord démonté le pneu, et c'est seulement une étude très fine qui a montré qu'il y a avait, sur le flanc, donc non réparable, deux très petits trous, d'où la fuite lente.

Malheureusement pour nous, ce garage n'avait pas la bonne taille de pneu en stock. Ils n'ont donc pas pu nous le changer.

Par contre ils ont accepté de téléphoner au loueur pour lui expliquer la situation et demander un dépannage. Avec toutes ces péripéties, le temps passait et les garages Écossais ferment tôt, vers 17h. Heureusement, celui-ci ne fermait qu'à 17h30, mais la dépanneuse n'était toujours pas arrivée à cette heure là.

Nous lui avons alors proposé de remonter la roue, puisqu'elle tenait la pression quelques temps, pour nous permettre de sortir du garage et d'attendre la dépanneuse à l'extérieur, ce qui lui permettait de fermer son garage. Ainsi fut fait, et pour tout son dérangement le patron n'a pas voulu nous faire payer plus de 10£...

5.  dépannage

Nous avons donc attendu la dépanneuse à l'extérieur, exactement là. Le Lochside est au fond, derrière le garage Fiat.

Le dépanneur (ADJ Stevenson Recovery) est arrivé vers 18h, et nous a exposé le problème de la façon suivante: il n'avait pas de pneu à la bonne taille avec lui et n'avait pas trouvé de magasin ouvert à proximité. Nous pouvions attendre dans le village jusqu'au lendemain l'ouverture des magasins, où il pouvait monter la voiture sur son camion et nous ramener à sa base pour changer le pneu.

Rester en plan avec une voiture non roulante n'étant pas vraiment une option, nous avons pris la deuxième solution. Nous n'avions pas anticipé (mais ça n'aurait rien changé à la décision) que sa base était à Gairlochy, à 25 miles de notre position, à rebours de notre route! Marche arrière toute pendant 45 minutes!

Arrivés sur place, le garagiste a constaté que le pneu arrière gauche était aussi touché (et pas plus réparable) et qu'il fallait donc changer les deux. Qui plus est j'ai du payer pour les pneus le prix de l'or (229.44£! heureusement pris en charge au retour par l'assurance de Rentalcars).

Il y a quand même quelque chose que je ne m'explique pas c'est que le ticket de carte bleu du paiement est daté du bon jour, mais de 18:15, soit une heure de moins que l'heure réelle (la réparation a été finie à 19:15). Je suis sur de mon heure car google me confirme bien l'heure de fermeture du Lochside. Pas grave.

6.  Fin du trajet

Restait à finir le trajet jusqu'à Easdale Island, soit 68 miles (environ 100km) et plus de deux heures. Or le loueur sur l'île, informé de nos déboires, avait précisé que le bac de passage du continent à l'île était ouvert jusqu'à 21h... trop court, d'autant que la nuit tombait et que la route était toujours aussi mauvaise.

En définitive nous avons roulé très lentement jusqu'à Connel, peu avant Oban, où nous sommes arrivés vers 21h. Je commençais à avoir du mal à garder les yeux ouverts et je m'inquiétais sur le moyen de trouver une chambre d'hôtel à pas trop cher. Nous nous sommes d'abord arrêtés sur le parking (photo gauche), mais le B&B visible sur la photo affichait "No Vancancies", et l'hôtel situé juste derrière nous a dit être plein lui aussi. Il nous a signalé sans doute un B&B avec de la place à 5 minutes à pieds sur la droite.

Méfiants, nous avons quand même pris la voiture et roulé quelques minutes sans rien trouver. Déçus, nous avons repris la route vers Oban quand nous avons trouvé le B&B en question, il était à gauche, pas à droite. Effectivement il avait au moins une chambre libre, un peu plus chère que dans nos habitudes (Greenacre Guest House 80£), mais sans trop.

Chambre plus que correcte (devant c'est un lit double, donc chambre trois places) et, le lendemain matin, vue magnifique et petit déjeuner somptueux, notre premier vrai petit déjeuner écossais (inclus dans le prix).

7.  Finalement

Nous aurons fait bien plus de chemin que prévu, pour un coût bien supérieur à celui prévu, mais nous sommes arrivés entiers.

Ce qui nous a un peu consolés c'est que nous avons rencontré au retour à l'aéroport un couple de toulousains que nous avions déjà croisés à l'aller, et qui nous a confié avoir également détruit un pneu pendant cette semaine, et avec un SUV, bien plus gros que notre Aygo. Nous n'étions donc pas les seuls. Les garagistes nous ont aussi confirmé que les problèmes de pneus étaient fréquents sur ces routes.

< Écosse 2019 - cinquième jour, Loch Ness | Écosse septembre 2019 | Écosse 2019 - sixième jour, Mull Island >